Aigremoine

De la famille des rosacées, l’aigremoine a longuement servi contre les morsures de serpent et la cataracte.
Aujourd’hui, il n’y a plus guère que les populations du Nord qui se souviennent de cette plante pour protéger la voix de leurs chanteurs. Parmi ses constituants, les tanins semblent les plus intéressants. Les parties la plus utilisées de l’aigremoine sont les sommités fleuries.

Botanique :

L’aigremoine tolère une vaste gamme de types de sols. Si le sol est maintenu humide, il se développe sans problème dans un espace légèrement ombragé ou en plein soleil.

Origine :

Europe

Composition :
Tanin, alcaloïde glucoside, amide acide nicotinique, huile essentielle et des acides organiques, acide stéarique, de l’alcool cérylique …

Vertus thérapeutiques de l’aigremoine

 Astringent, anti-inflammatoire et diurétique
Les feuilles et les fleurs de l’aigremoine sont utilisées pour soulager les maux de tête et soigner les diarrhées, le diabète, l’angine, l’asthme, les stomatites, les aphtes, les plaies…
Indication :
En usage interne : infusion (10g par litre), en teinture ou en extrait fluide (20 à 50 gouttes aux 3 repas).
En usage externe : en décoction (100g par litre) en gargarisme (sucré) ou en compresses.

aigremoine, tanin, huile essentielle, acides organiques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *